0%

Le lavoir de Peau d’Âne

Création d’une scène de conte « son et lumière » au Chateau de Breteuil : Peau d’Ane de Charles Perrault, à découvrir à partir du 17 février 2018

Pour la saison 2018, c’est au tour du lavoir du XIXe siècle de connaitre une profonde transformation. Depuis une trentaine d’années cet espace accueillait déjà le conte de Peau d’Âne. La scène statique nécessitait un nouveau projet, une nouvelle vision. Pendant trois mois, une équipe d’une quinzaine de personnes est intervenue. Il a fallu d’abord restaurer ce lieu de la vie d’autrefois des fondations à l’isolation. L’enjeu de la nouvelle scénographie est de conserver l’esprit et la fonction du lavoir et d’y déployer les éléments clés du conte de Perrault.
Pour fuir l’amour fou de son père, Peau d’Âne se cache dans une ferme et réalise les travaux les plus difficiles. Elle nettoie l’auge des cochons et lave les torchons. Le lavoir de Breteuil devient le décor de la vie quotidienne de la jeune femme. C’est donc autour de cette princesse que toute l’attention est portée.
Le personnage se veut innovant. Avec un jeu de projections vidéos, son visage prend vie et s’adresse directement au public. Peau d’Âne raconte sa propre histoire. Elle est vêtue d’une robe magique réalisée par Pascale Breyne pour l’atelier O fil de l’histoire. Cette robe telle une enveloppe devient un écran. On y voit des personnages du conte comme la marraine et les lavandières interagir avec Peau d’Âne. De plus des projections artistiques rendent ce vêtement évolutif : la robe devient tour à tour de couleur du temps, de la lune et du soleil.
L’objectif était de saisir toute l’émotion du personnage principal qui vit un destin tragique et de garder les éléments merveilleux. De ce fait Christophe Leray a fait appel à deux comédiennes talentueuses de la Troupe du Crâne : Léa Pellissier dans le rôle de Peau d’Ane et Elisabeth Font dans le rôle de la bonne fée. Fred di Noto de l’association Mémoire Vive a capté ces émotions et a réalisé les projections vidéos.
De plus, des effets de lumières et des jeux d’ombres chinoises programmés par Jean-Claude Mourès contribuent à transporter petits et grand dans un monde onirique et féerique.
Enfin, cette adaptation se veut fidèle à l’histoire de Charles Perrault. Cette nouvelle scène de conte constitue un temps fort pour la visite. Elle est à découvrir au fil de la promenade de manière permanente dans les dépendances. La scène d’une durée de 6 minutes, telle un tableau vivant, est jouée en continu.

  • Scénographie et direction artistique : Christophe Leray assisté de Laura Le Vaicher
  • Projections robe et visage :
    Réalisateur : Fred di Noto (Mémoire Vive)
    Assistant et réalisateur de la séquence des lavandières : Gauvain Breyne
    Montage des illustrations sur la robe : Jean-Claude Mourès
  • Comédiens :
    Peau d’Âne : Léa Pellissier (Troupe du Crâne)
    Marraine : Elisabeth Font (Troupe du Crâne)
    Les lavandières : Aline Franciscovich (Troupe du Crâne), Laura Le Vaicher,
    Irène Marfaing (Les Amis de Charles Perrault)
    Voix additionnelle : Johan Jolier (Troupe du Crâne)
  • Programmation son, lumière et vidéo : Jean-Claude Mourès
  • Costumes (vidéos et personnage) : Pascale Breyne « O fil de l’Histoire »
  • Travaux et installation technique : Bruno Fleureau et Jérémy Venet
  • Ombres chinoises d’après les illustrations d’Hélène Druvert pour le conte Peau d’Ane de Charles Perrault aux Editions Gautier-Languereau
  • Merci à Lydie, Marco et Erwin Bailly et l’équipe du château de Breteuil

Photos d’Alain Warnier et Gauvain Breyne

image
https://didascalies-by-christophe-leray.com/wp-content/themes/hazel/
https://didascalies-by-christophe-leray.com/
#c1c1c1
style1
paged
Chargement des messages ...
/homepages/31/d741045271/htdocs/
#
on
none
loading
#
Sort Gallery
on
yes
yes
off
on
off